Ilot Y -

1/12

Ilot Y

Boulogne Billancourt

Boulogne 2013 – 2016

Immeuble de 70 logements
Mission conception + suivi architectural
Client ICADE
Shon 5700m², shab 4850m²
Cout 8.62 M€ht
BET SNC Lavalin / Socotec
Chauffage urbain, ventilation simple flux, RT 2012.
Récupération des eaux pluviales, isolation par l’extérieur, compacité, surfaces vitrées importantes.

Le projet ILOT Y concerne un petit terrain, en prolongement de l’axe d’urbanisation de la ZAC Rives de Seine à Boulogne. La parcelle de forme triangulaire, est densement bâtie, avec des logements en accession, logements sociaux et des bureaux. Notre projet de logements, d’une forme en T occupe la bande constructible orientée nord-sud. L’immeuble qui est pincé entre deux bâtiments de logements mesure 15 mètres de profondeur et 57 mètres de longueur.

Soumise aux différentes règles de retrait, la volumétrie s’aligne sur la rue Marcel Bontemps avec de larges baies régulières et se prolonge côté jardin avec de généreuses terrasses filantes. La dimension des plateaux permet l’aménagement d’un maximum de logements et d’espaces d’activités, comportant des doubles orientations.

Le bâtiment offre une large variété de logements, dont chacun tire un maximum d’avantages de sa situation dans l’immeuble : double orientation pour les étages courants, hauteur importante sous dalle aux étages inférieurs sur rue, duplex et petit jardin en rez-de-chaussée au sud sur le cœur de l’îlot, des duplex aux derniers étages ave maximum d’ensoleillement et terrasses. En gros chaque logement possède au minimum un atout pouvant intéresser une catégorie d’acheteurs, l’ensemble formant une copropriété mixte, avec des jeunes, des grandes familles, des célibataires, des personnes âgées, de professions libérales, de gros et des petits revenus.
En cœur d’îlot, le retrait successif des étages offre un maximum d’air et de lumière aux logements. Chaque logement intègre une qualité de vie spécifique, exprimée par des terrasses, des patios, des espaces de grande hauteur, des jardins privés, des vues, de multiples orientations.

Vues depuis la rue et le jardin, les façades sont parées de brique émaillée de couleur claire et texture brillante. L’architecture fait allusion aux immeubles d’habitation d’Henri Sauvage et au passé industriel du site. Les terrasses filantes permettent des plantations assez importantes et une transition graduée entre l’espace extérieur du jardin et celui intérieur du logement.
La plaquette émaillée de couleur claire est appliquée sur les façades en béton. La texture graphique des petits éléments, confère au bâtiment une identité unique.

Typologies des logements
Les logements du rez-de-chaussée sur rue, ont une double hauteur et une mezzanine, pouvant convenir aux artistes, aux jeunes professions libérales.
Les logements en rez-de-chaussée sur le cœur d’ilot, orientés sud, sont des duplex, largement vitrés, avec des petites terrasses privatives, comme des maisons.
Les logements des étages supérieurs mono-orientés nord, ont des petites surfaces, mais des grandes baies, des partitions internes claires et rigoureuses, pouvant convenir aux petites familles, aux célibataires et aux personnes qui ne passent pas beaucoup de temps dans leurs appartements.
Les logements qui donnent uniquement vers le cœur de l’ilot, ont des grandes terrasses et des belles surfaces pouvant attirer des grandes familles.
Les logements des étages supérieurs, sont grands, en duplex, avec des patios et des terrasses, des doubles orientations, des qualités à chaque surface.

Le hall d’entrée
L’accès principal au bâtiment se situe sur la rue Marcel Bontemps. Une entrée secondaire pour les PMR est prévue côté jardin. Le hall bénéficie d’un double accès et d’une hauteur libre de 6 m, avec un traitement architectural soigné.
Il contient les boîtes aux lettres, et donne accès direct à un local à poussettes et vélos, à un local à déchets, à un ascenseur et à un escalier vers le parking. L’ensemble des logements est desservi par deux ascenseurs et deux cages d’escaliers.

AZC architectes
L’esquisse a été conduite par Mario Russo avec Amilcar da Rocha Ferreira ; Marie Leyh et Valentine Jamet ont réalisé les études ; Jeremias Lorch et Sophie Paolozzi ont suivi le chantier.